ARTICLES toilette

Published on novembre 4th, 2015 | by admin

0

Comment faire les toilettes mortuaires

La toilette mortuaire est l’un des éléments les plus importants du rite que prévoit l’islam après la mort, c’est une obligation religieuse et un devoir qui incombe à tous les musulmans envers le défunt.

Comme les autres rites, C’est un acte louable qui mérite la récompense d’Allah pour celui qui le réalise. Le Prophète (pbAsl) dit : « Celui qui lave un croyant et n’en dévoile rien, Allah lui pardonnera quarante fois. Celui qui aura creusé la tombe pour un croyant et l’y introduit, aura la même récompense que s’il l’avait abrité jusqu’au Jour de la Résurrection. Et celui qui l’aura mis dans un linceul, Allah le revêtira au Jour de la Résurrection d’habits de soie fine et de brocarts du Paradis. » Hadith (Rapporté par Al-Hâkim, Baïhaqi, Ibn Maja)

Cette toilette purificatrice doit être effectuée obligatoirement par un musulman ou une musulmane suivant un rite précis. Ce rite doit être exécuté de préférence par un membre de la famille ou un proche connu par sa piété et sa sagesse ou sinon par un imam ou un responsable religieux.

Ce sont les femmes qui doivent le faire pour une femme et les hommes pour un homme. Seules exceptions, le mari peut laver sa femme et une mère peut laver son fils impubère.

Il est recommandé d’effectuer le lavage rituel du corps du défunt sans délai afin de permettre un prompt enterrement.

Cette toilette doit être exécutée, non seulement dans le respect le plus absolu du mort, mais encore avec précaution afin de n’occasionner aucune souffrance, ni blessure au corps du défunt. Il est d’ailleurs recommandé d’utiliser, dans la mesure du possible, de l’eau tiède pour cette même raison.

Ce qui est obligatoire lors de ce lavage est de verser de l’eau propre et pure sur le corps du mort une seule fois. Mais, il est préférable de suivre la tradition prophétique.

Après la mort de sa fille L’Envoyé d’Allah (pbAsl) dit aux femmes : « Lavez-la trois ou cinq fois, ou même davantage si vous le jugez utile, avec de l’eau pure, puis avec de l’eau mêlée de feuilles de jujubier. Au dernier lavage, mettez dans l’eau un peu de camphre. Puis quand vous aurez terminé, appelez-moi ». Nous l’appelâmes donc lorsque nous eûmes terminé ; et alors il nous donna son propre manteau (haqw ou izâr) en disant : Couvrez-en son corps » (Hadith)

Ce hadith décrit brièvement la procédure à suivre pour laver un mort. Les savants donnent plus de détails et indiquent les étapes à suivre :

1.       Ceux qui procèdent au lavage doivent être en état de purification majeure (Ghusl) et mineure (Wudû’) ;

2.       Avoir l’intention de procéder au lavage rituel tel qu’Allah l’a demandé pour plaire à Allah ;

3.       Enlever le dentier (si le défunt en porte), les bagues, montres et autres bijoux ;

4.       Etendre le défunt (sur une table ou un banc) ;

5.       Enlever les pansements, et les vêtements. Au besoin, couper ces derniers pour faciliter leur dégagement tout en couvrant ses parties intimes (du nombril aux genoux) ;

6.       Essuyer le corps pour le débarrasser de toute impureté extérieur avec un linge propre ;

7.       Ne pas couper les ongles, ni les cheveux, ni la barbe ; Les ongles très longs et la moustache qui déborde dans la bouche peuvent être coupés ;

8.       Presser légèrement le ventre du défunt pour en faire sortir le cas échéant ce qui y subsiste ;

9.       Puis, pratiquer un lavage des parties intimes (istinja) en faisant couler de l’eau, sans découvrir les parties intimes mais en passant sous le drap qui les recouvre avec un gant ou un linge enroulé autour de la main ;

10.   Effectuer la petite ablution sur le défunt, en prenant soin de ne pas faire couler d’eau dans la bouche ni dans le nez du défunt, mais passer 1 ou 2 doigts humides sur les dents et dans les narines ;

11.   Laver toute saleté ou souillure (sang…) sur le corps. On peut utiliser du savon et du shampoing si besoin ;

12.   Enfin, on procède au lavage rituel du corps, en suivant l’ordre :

·         Laver d’abord la tête et la barbe.

·         Si le défunt est une femme, défaire les tresses, bien laver les cheveux ;

·         Laver le visage ;

·         Laver le côté droit du corps, en le tournant sur son côté gauche ;

·         Puis laver le côté gauche du corps, en le tournant sur son côté droit.

13.   Ce lavage a lieu en tant qu’obligation rituelle, une seule fois, Mais, selon la sunna, il est recommandé de répéter ce dernier lavage autant de fois que nécessaire 3 ou jusqu’à même 5 fois. Cependant, s’il sort encore des impuretés du corps, il suffit alors de les nettoyer, mais on n’a pas à refaire l’ablution. Il est aussi possible, en cas de besoin, de mettre du coton là où c’est nécessaire ;

14.   Si le défunt est une femme, après avoir lavé ses cheveux, et si les cheveux sont longs, les tresser à nouveau en trois et les mettre derrière la tête et non sur la poitrine ;

15.   Bien sécher le corps avec un linge ;

16.   Mettre du parfum, du musc sur les parties de prosternation du corps (front, nez, mains, genoux, pieds) dans la mesure du possible, ainsi que sur les parties internes des articulations. On peut également parfumer le corps en entier ;

17.   Contrairement à certaines pratiques, aucun maquillage sur le défunt ne doit être fait, homme ou femme.

Il faut tenir en compte les remarques suivantes :

1.       Le lavage rituel peut être effectué même si le corps n’est pas entier.

2.       Il doit être effectué sur l’enfant qui a poussé son 1er cri mais pas sur l’enfant mort-né, dont on n’a pas entendu les pleurs, ou le fœtus avorté.

3.       Le martyr mort sur le champ de bataille à l’occasion d’un combat doit être enterré sans être lavé au préalable et dans les vêtements dans lesquels il a été tué.

4.       Un simple mouillage du corps, sans passer la main, suffi si le corps ne peut supporter cela. Si le mouillage poserait problème (corps en état de décomposition avancée) le Tayammum suffi. Si le Tayammum impossible il suffi d’envelopper le corps du mort directement dans un linceul. (Tayammum : C’est-à-dire le « lavage à sec » en posant les deux mains sur une pierre ou de la terre et en les passant une fois sur le visage du défunt et une fois sur ses mains.)

5.       Si une femme vient à mourir seule parmi les hommes en l’absence de son mari ou d’autres femmes, ceux-ci ne peuvent pas la laver. Ils appliqueront la règle du Tayammum. Il en va de même si un homme vient à mourir seul parmi des femmes en l’absence de son épouse ou d’autre hommes.

6.       Celui ou celle qui se charge de la toilette mortuaire doit être une personne pieuse et de confiance. Le Prophète (pbAsl) dit : « Que les gens honnêtes se chargent de la toilette de vos morts ». Il doit prendre volontairement la décision d’accomplir ce lavage. Il est obligatoire que cette personne connaisse bien les règles établies par la Sunna, afin de pratiquer ce lavage correctement. Il peut, si cela est nécessaire, demander l’aide d’une autre personne de confiance. Personne d’autre ne doit assister à ce rite.

7.       Il lui est recommandé d’invoquer Dieu en faveur du mort pendant l’exécution de la toilette mortuaire et de se garder de tout bavardage inutile.

8.       Ne rien dire dans le cas d’une mauvaise vision (noirceur du visage, …) et informer les proches dans le cas d’une bonne vision (sourire,…).

9.       Au sein de certains établissements hospitaliers se pose le problème d’absence d’endroits adaptés à la toilette mortuaire. Cette toilette doit nécessairement être effectuée par un musulman à grande eau et ne peut donc, en aucun cas, être réalisée sur le lit hospitalier comme c’est le cas la plupart du temps.

 GTHASL


About the Author



Back to Top ↑